Les acquisitions

Dans Changer l’eau des fleurs, Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les habitués viennent se réchauffer dans sa loge où rires et larmes se mélangent au café qu’elle leur offre. Hymne au merveilleux des choses simples.

Vous découvrirez  dans Là où chantent les écrevisses, le destin exceptionnel d’une petite fille qui grandit seule, abandonnée de tous, dans les marais de Caroline du Nord. Gros succès aux Etats-Unis pour ce roman qui allie l’amour au milieu naturel.

Après le remarqué Les pêcheurs, Chigozie Obioma livre un deuxième roman splendide, La prière des oiseaux, qui raconte la destinée tumultueuse d’un jeune éleveur de volailles, prêt à tout pour conquérir la femme aimée. Une fable virtuose sur le destin à la mode igbo.

 

Dans les policiers, nous avons les derniers romans de  trois auteurs que certain(e)s attendent : Arnaldur Indridason avec les fantômes de Reykjavik , Karine Giebel avec Ce que tu as fait de moi et Jussi Alder Ossen avec Victime 2117.

Parmi les romans de terroir, Didier Cornaille nous livre une plaisante évocation des mutations de l’agriculture dans le Morvan sur 1/2 siècle dans Le chemin de la Roncerai.

Christian Laborie, écrit Les bonheurs de Céline, où, dans les cahiers qu’elle destine à son arrière-petite-fille, l’héroïne nous fait revivre son existence de paysanne cévenole, tendre au coeur mais dure à la tâche.

Quant à Christian Signol, dans Même les arbres s’en souviennent, c’est Lucas, trente ans, fondateur d’une start-up, nostalgique de la terre corrézienne, qui propose à son arrière-grand-père d’écrire le récit de sa vie en échange de la réfection de la maison de famille.