La Poésie du mois

LE CRI

Sur la plage il y a une fillette, cette fillette a une famille
Et cette famille, une maison
La maison a deux fenêtres et une porte…
Sur la mer, un cuirassé s’amuse à chasser les gens qui se promènent
Sur la plage : quatre, cinq, sept
Tombent sur le sable. La fillette l’a échappé belle,
Grâce à une main invisible,
Une main non divine qui lui vient en aide. Elle crie :
Papa !
Papa ! Lève-toi, rentrons : la mer n’est pas comme nous.
Le père, enseveli dans son ombre, à la merci de l’invisible,
Ne répond pas.
Du sang dans les palmiers, du sang dans les nuages.
Plus haut et plus loin l’emporte cette voix de La plage.
Elle crie dans la nuit déserte.
Nul écho dans l’écho.
Et le cri éternel devient nouvelle
Rapide qui cesse d’être nouvelle lorsque
Les avions reviennent pour bombarder une maison
Avec deux fenêtres et une porte. 

Mahmoud DARWICH

Considéré comme l’un des plus grands poètes arabes de sa génération, Mahmoud Darwich est né en 1941 à Al-Birweh, en Galilée, alors en Palestine sous mandat britannique et aujourd’hui dans l’Etat d’Israël. Il est décédé en 2008 à Huston aux USA.

mahmoud-darwich

pour en savoir plus voir ICI le site qui lui est consacré.


logo-doulsauc-petit